10 raisons de construire en bois

Matériau écologique par excellence, le bois est aussi un allié de la construction performante. Deux raisons essentielles de construire en bois, auxquelles viennent s'ajouter de nombreux atouts.

1. Le bois, naturel, renouvelable, recyclable

Le "matériau bois" est l'un des rares matériaux de construction à être à la fois naturel, renouvelable et recy­clable. Mieux encore, il requiert peu de transformations et à ce titre, il consomme peu d'énergie et engendre peu de pollutions. Renouvelable, le bois l'est évidemment, mais à condi­tion que les forêts d'où il est extrait soient durablement gérées et donc replantées, ce qui est majoritairement le cas avec les bois européens. Les labels PEFC et FSC attestent de cette gestion durable. Recyclable, enfin, car le bois peut être récupéré à des fins industrielles (fabrication de panneaux) ou énergétiques (utilisation comme combustible).


2. La lutte contre le changement climatique

Par le phénomène de la photosynthèse, les arbres absorbent du gaz carbonique (CO2) et rejettent de l'oxygène. Les forêts sont donc de véritables usines à transformer du gaz carbonique en oxygène. Le carbone capté lors de la photosynthèse restera "emprisonné" dans le bois pendant  des dizaines, des centaines voire des milliers d'années, jusqu'à ce que le gaz carbonique se reconstitue lors de la combustion du bois ou lors de sa décom­position. C'est pourquoi l'on dit que le bois stocke du gaz carbonique : 1 m3 de bois = 1 tonne de CO2 stocké. L'arbre absorbera d'autant plus de CO2 qu'il est jeune et en croissance, contrairement à un vieil arbre. Ce constat justifie la nécessité d'exploiter la forêt, de la couper lorsque les arbres ont atteint leur maturité et de replanter ensuite. Les maté­riaux de construction non renouvelables se raréfient. Ce qui est réalisé en bois ne l'est pas par un autre matériau, consommateur d'énergie ou émet­teur de gaz à effet de serre.


3. Souplesse architecturale

Du point de vue de la conception, le bois autorise de nombreux styles. Les différentes  manières de  construire en bois (ossature bois, poteau-poutre, bois massif empilé ou panneaux...) déterminent à elles seules des types de constructions bois très diverses : depuis le chalet en madrier jusqu'à la maison à ossature bois d'architecture classique, en passant par le cube ultra-contemporain, la construction à structure apparente avec mur-rideau, les immeubles de grande hauteur... Tout un chacun peut trouver une construc­tion bois qui lui corresponde, jouant la carte du bois ou oubliant tout bonne­ment la présence du matériau qui sait aussi se faire discret. Au-delà du type constructif, le matériau lui-même est particulièrement "souple".  Sa robus­tesse et sa légèreté permettent aux ar­chitectes une indéniable créativité.


4. Des techniques high-tech

Les métiers de la construction bois sont au­jourd'hui des métiers de pointe et évoluent en permanence vers la haute technologie. Ainsi, après la conception, les plans d'un bâtiment sont validés par des bureaux d'études structure et thermique. Des in­génieurs calculeront et dimensionneront les bois de sorte à assurer une stabilité sans faille à la construc­tion. Ces calculs sont ensuite transmis à des machines à commandes numériques qui découpent les sections au millimètre près. La phase de montage se déroule ensuite en général en atelier. Selon les constructeurs, structure pré-montée, pans de murs remplis, ou en­core modules (en trois dimensions) sortiront des ate­liers avant d'être assemblés sur chantier.


5. Un chantier rapide et propre

La construction bois n'exige pas d'eau, contrairement à la construction maçonnée. Outre un meilleur respect de l'environnement du fait de l'économie d'eau, le chantier "sec" résout les éventuels problèmes d'achemine­ment d'eau sur le site. L'absence de séchage réduit les délais de chantier. Enfin, les chantiers en construction bois sont réputés propres : un, parce qu'ils sont secs, deux, parce que les étapes de découpes et de montage sont le plus souvent réalisées en atelier. Il ne restera que l'assem­blage à réaliser sur le terrain, puis le remplis­sage éventuel de la structure : donc des délais de chantier très courts. La préfabrication permet un contrôle qualité continu en usine.


6. Des constructions résistantes et durables

Une construction bois fait appel à de nombreux talents, calculs et connaissances. Réalisée dans les règles de l'art, elle pourra durer des siècles. Quelques unes de nos villes au patrimoine mé­diéval préservé, à l'image de Troyes, Rouen ou Strasbourg, sont là pour en témoigner. Ce, parce que les bois sélectionnés pour la construction présentent les caractéristiques de résistance nécessaires à ce rôle : soit ils sont naturellement durables, soit ils font l'objet de traitements. Cette durabilité, naturelle ou conférée par des traitements, leur permet de résister à l'humidité et aux éventuelles attaques de champignons ou d'insectes lignivores. Enfin, contrairement aux idées reçues, le bois a un comportement idéal face au feu : sa combustion est lente, régulière et prévisible. Là où, en cas d'incendie, une structure en acier se déforme et une construction maçon­née cède, une charpente en bois résiste toujours. Cette caractéristique  mécanique alliée au faible dégagement de gaz toxiques lors d'un incendie, font du bois un matériau très sûr, même pour des établissements recevant du public.


7. Le bois, pour tous les budgets

La construction bois propose des so­lutions pour tous les budgets. Comme pour toute autre construction, le coût dépendra du type de projet envisagé et de son ampleur. Un bâtiment conçu pour être construit en bois, ne revient pas plus cher qu'un bâtiment conventionnel à performances égales. Les bâtiments en bois, construits dans les règles de l'art, représentent, par les économies qu'ils engendrent, un coût global perfor­mant.


8. Pour concevoir une ville durable

D'ici 2050, 80% des 70 millions de Français seront cita­dins. Pour limiter l'étalement urbain et l'artificialisation des sols, il faut densifier les villes, surélever les habita­tions, occuper les dents creuses, réhabiliter l'existant... autant d'utilisations où le bois apporte des solutions effi­caces, rapides, responsables... et durables dans le temps. En France, une extension-surélévation sur cinq est réali­sée en bois aujourd'hui ! La maison bois, plus encore la maison à ossature bois, est une maison qui peut facile­ment évoluer avec les besoins de la famille.


9. Adapté à la construction performante

Le bois pèse en moyenne 5 fois moins que le béton et 17 fois moins que l'acier. Il nécessite donc des fondations moins coû­teuses et s'adapte à tout type de terrain. Il est 15 fois plus isolant que le béton et sa mise en œuvre génère moins de ponts thermiques qu'une construction en maçonnerie. La moitié des bâtiments certifiés "Passivhaus" en France ont été réalisés en ossature bois. À emprise égale, la construction bois gagne de 4 à 6 % de surface utile, grâce à l'épaisseur de ses murs, soit 8 m2 supplémentaires pour une surface brute de 120 m2. Une construction responsable utilise le bon matériau au bon endroit.
Le bois se marie parfaitement avec le béton, le verre, l'acier, la pierre ou la terre, en neuf comme en rénovation.


10. Un fort capital sympathie

Le bois bénéficie aujourd'hui d'un capital de sympathie et d'une image de bien-être et de maté­riau citoyen. Les occupants vivent bien dans le bois. Les biens sont moins dégradés. Le confort thermique perçu se traduit par moins de chauffage consommé. C'est un matériau sain, qui régule l'hygro­métrie ambiante naturellement.
C'est un matériau apaisant, anti stress qui génère moins de problèmes respiratoires. Les écoles et crèches en bois favorisent la concentration et le calme aux dires de leurs occupants. Le déve­loppement de ce type de bâtiments en témoigne !

Afcobois 2018.